No G00gle

Observatoire de l'implantation de G00gle à Rennes

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Contact

Aider ou faire un don

CoC & CGU (soon)

g00gle:surveillance-de-masse

G00gle et la surveillance de masse

Recrute des êtres humains payé 1$ / heure pour entraîner une ”intelligence artificielle” qui sert à tuer d'autres humains, sur des *signature* de metadonnées collectées par la surveillance de masse, avec des drones.

Source : 2019/02/04 https://theintercept.com/2019/02/04/google-ai-project-maven-figure-eight

Google investit dans la police privatisée et justice privatisée : La censure en tant que service

source : Insider, Meet the little-known group inside of Google that's fighting terrorists and trolls all across the web Julie Bort, Business Insider Aug. 25, 2018

Oh et au fait : « Le premier jour de Patricia Georgiou à la société mère de Google Alphabet, elle s'est rendue au bureau, a saisi son badge d'employé et a couru jusqu'à l'aéroport pour un voyage en Irak pour interviewer des terroristes.»

Comment pouvez-vous le faire sans le soutien du Département d'Etat ou de la CIA ?

Comment Google & Co sont une menace pour la démocratie

Google a été pris en flagrant délit de participation à la surveillance de la NSA, qui est à la fois illégale en vertu du cadre constitutionnel américain(*), et propice à un monde totalitaire où l'autocensure sous un œil qui voit tout empêche les avenirs alternatifs de s'épanouir grâce aux efforts créatifs de collaboration des individus.

Le modèle d'affaires de Google qui consiste à recueillir toutes les données et à dresser le profil de tout le monde a établi la tendance vers des pratiques généralisées de surveillance de masse, normalisé de telles pratiques et puni ceux qui tentent d'échapper à une surveillance constante (en perdant leur temps à former l'intelligence artificielle de Google sur Google Scholar, par exemple).

Nos comportements, nos relations intimes, nos actions et nos émotions Google est en train de marchandiser et d'en tirer profit. Nous sommes réduits à une ressource et retardés dans le développement en tant que personnes et communautés capables de choix significatifs, en échange de jouets colorés et pratiques.

(*) Les constitutions des démocraties du monde entier sont affectées par cette attaque générale contre le secret de la correspondance et la liberté de réunion à l'ère numérique. En théorie, votre gouvernement local est chargé de protéger votre population contre les forces extérieures qui menacent votre ordre démocratique constitutionnel, mais notre système de jurisprudence est tel que vous ne pouvez punir un gouvernement que pour avoir fait quelque chose d'illégal, vous ne pouvez pas facilement le punir pour ne rien faire. Il dépend donc de nous de descendre dans la rue, de faire une campagne, de lancer un mouvement qui exige l'introduction de lois qui entravent techniquement la surveillance - par exemple en rendant le chiffrement de bout en bout et la protection des métadonnées *obligatoire* pour toutes les communications numériques, interdisant ainsi à Google et à ses amis d'y avoir accès.

Dans le même ordre d'idées, voir aussi socialcooling.com

Le programme PRISM de la NSA exploite les données des utilisateurs d'Apple, de Google et d'autres.

PRISM intègre les systèmes de nuages d'entreprise dans XKEYSCORE, le moteur de recherche de la NSA englobant toutes les données privées de l'humanité numérique, y compris l'accès à Google, Facebook, Microsoft, Apple, Skype, Yahoo, Youtube et d'autres partenaires PRISM. Selon les fuites de diapositives, il a accès au courrier électronique, au chat, aux photos, aux vidéos, aux données stockées, aux transferts de fichiers, à l'activité de connexion, aux réseaux sociaux (“données personnelles”, “mode de vie”, “connexions aux associés”), à la téléphonie (sur Internet et hors Internet) et à la vidéoconférence. Les mots de passe sont utilisés pour identifier plusieurs comptes d'une même personne, car les gens utilisent souvent le même mot de passe d'une plate-forme à l'autre, même lorsqu'ils changent de nom d'utilisateur.

Google, et non GCHQ, est le réseau d'espionnage vraiment effrayant - The Guardian, John Naughton

“Comment la communauté du renseignement des États-Unis a financé, nourri et incubé Google dans le cadre d'une campagne visant à dominer le monde par le contrôle de l'information. Financé par la NSA et la CIA, Google n'était que la première d'une pléthore de start-ups du secteur privé cooptées par les services de renseignements américains pour conserver la ” supériorité de l'information “.

Comment le gouvernement américain a pris le contrôle de la technologie numérique

Jusqu'aux années 80, tout le monde technologique a tenté de concevoir ses propres ordinateurs et systèmes d'exploitation, mais au cours des années 90, les États-Unis ont établi une domination mondiale dans les systèmes d'exploitation, de Microsoft Windows et MacOS à Apple iOS et Google Android d'aujourd'hui. Tout en prédisant les principes du libre marché et de la déréglementation au reste du monde, les États-Unis ont été silencieusement inflexibles en subventionnant les start-ups technologiques assez bien pour mettre les autres nations à la porte.

Oracle, le leader du marché de la technologie de base de données qui a produit l'une des personnes les plus riches de la planète, a été nommé d'après un programme de la CIA.

Depuis la création d'Internet, la NSA recueille plus ou moins tous les courriels, les appels téléphoniques et les SMS. En 1995, alors que l'Internet commençait à devenir populaire, le gouvernement américain a pris la décision stratégique de garder le contrôle total de la mise en réseau numérique.

“Les États-Unis ont été le principal acteur de l'Internet d'aujourd'hui. Il en est résulté une exportation généralisée de la culture et de la technologie américaines. Cela a aussi permis à des entités américaines de gagner beaucoup d'argent”.

C'est alors que la CIA a financé la recherche de certains étudiants de Stanford sur l'algorithme PageRank, finançant essentiellement la création de Google. Avec une telle capacité à trouver des aiguilles dans la botte de foin du Web, les services secrets voulaient aussi un tel outil pour tous les courriels et les messages texte. Le journaliste Nafeez Ahmed a fait des recherches, comment Google a permis à la NSA de devenir la bête gigantesque qu'elle est aujourd'hui.

Il n'est pas surprenant que les entreprises de la Silicon Valley aient une longue tradition de collaboration amicale avec les services secrets qui comptent parmi leurs meilleurs clients.

L'efficacité impressionnante du programme PRISM en est le résultat, mais il y a des cas antérieurs comme IBM qui a permis à la NSA d'avoir une porte dérobée dans Lotus Notes en 1999 ou Microsoft qui s'est fait prendre avec la mystérieuse _NSAKEY.

Dans de rares cas, lorsque des technologies échappent au contrôle du gouvernement américain, une société américaine acquiert rapidement cette technologie. À l'origine, Skype fournissait des services de visiophonie que les services secrets n'ont pas été en mesure de décrypter. Ainsi, eBay a acheté Skype aux Estoniens même s'il n'a jamais vraiment eu de modèle d'affaires pour lui. Skype est ainsi devenue une société américaine et a été intégrée au programme de surveillance PRISM de la NSA.

Google recueille les emplacements des utilisateurs d'Android même lorsque les services de localisation sont désactivés.

Depuis le début de l'année 2017, les téléphones Android recueillent les adresses des tours cellulaires voisines - même lorsque les services de localisation sont désactivés - et renvoient ces données à Google. Le résultat est que Google, l'unité d'Alphabet derrière Android, a accès à des données sur la localisation des individus et leurs mouvements qui vont bien au-delà des attentes raisonnables des consommateurs en matière de protection de la vie privée.

Le logiciel de Google est un malware - Free Software Foundation

(La plupart des comportements décrits ici sont totalement incompatibles avec la législation européenne sur la protection des données).

Google a été le pionnier de la privatisation de nos données personnelles.

Depuis la page Wikipediahttps://en.wikipedia.org/wiki/Surveillance_capitalism :

Le capitalisme de surveillance est un terme utilisé et popularisé par l'universitaire Shoshana Zuboff qui désigne un nouveau genre de capitalisme qui monétise les données acquises par la surveillance. Selon Zuboff, le capitalisme de surveillance est né du “couplage des vastes pouvoirs du numérique avec l'indifférence radicale et le narcissisme intrinsèque du capitalisme financier et sa vision néolibérale qui dominent le commerce depuis au moins trois décennies, en particulier dans les économies anglo-saxonnes” et dépend de l'architecture globale de la médiation informatique qui produit une nouvelle expression de pouvoir distribuée et largement incontestée qu'elle appelle “Big Other”. Elle affirme qu'il a d'abord été découvert et consolidé à Google, étant au capitalisme de surveillance ce que Ford et General Motors ont été à la production de masse et le capitalisme de gestion il y a un siècle, et plus tard adopté par Facebook et d'autres et qu'il utilise des mécanismes illisibles d'extraction, de marchandisation et de contrôle du comportement pour produire de nouveaux marchés de prédiction et de modification du comportement.

Jetez un coup d'œil à l'article complet intitulé ” Big Other : Le capitalisme de surveillance et les perspectives d'une civilisation de l'information".

Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
g00gle/surveillance-de-masse.txt · Dernière modification: 2019/02/21 17:42 par xavcc