No G00gle

Observatoire de l'implantation de G00gle à Rennes

Outils pour utilisateurs

Outils du site


g00gle:google-gentrification

Google et la gentrification

Le processus de gentrification résulte de l’accroissement de l’intérêt porté à un certain espace. Les premiers « gentrifieurs » peuvent appartenir à des communautés d’artistes aux faibles revenus, ce qui contribue à l’attractivité du quartier. Ensuite, diverses étapes de hausse des investissements dans le secteur immobilier par les acteurs privés et publics conduisent au développement économique du quartier, à une augmentation de l’attractivité des commerces et une baisse du taux de criminalité. Par ailleurs, la gentrification peut entrainer des migrations de population.

La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s'approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d'une couche sociale supérieure

À l'intérieur de Google Shadow Workforce de Google

« Environ la moitié des employés de Google sont des entrepreneurs qui ne bénéficient pas des mêmes avantages que les employés directs. »

Système de classes (et de casse) de Google sur le lieu de travail ( Articles Bloomberg.com)

Est-ce que c'est ce que nous voulons comme modèle pour nos vies ? Est-ce que c'est ce nous acceptons aveuglément et copier/coller à Kreuzberg, Rennes, Zurich, et partout ailleurs ?

« Les gens vous méprisent même si vous faites le même travail », a déclaré un entrepreneur qui a passé deux ans chez Google à gérer plusieurs autres employés. Un autre ex-TVC a dit :« Tu es là, mais tu n'es pas là. »

Google bouleverserait-elle Zurich ?

« De plus, Google n’est pas n’importe quelle entreprise. On a beaucoup parlé de ses manœuvres d’optimisation fiscale et on peut voir en elle la pieuvre qui aspire les données pour les revendre…»

source suisseinfo.ch, Par Samuel Schlaefli, 05. juillet 2018

Victimes de leur propre créativité

« Les perdants sont les personnes à revenus modestes, dont beaucoup sont issues de l’immigration. S’y ajoutent les musiciens, les acteurs, danseurs, peintres, sculpteurs et hédonistes, autrefois attirés là par la diversité, le charme désuet et les loyers bon marché des ateliers et des logements. «Il y a encore dix ans, on essayait délibérément de développer l’industrie de la créativité à Berlin, se souvient Felix Hartenstein. Aujourd’hui, elle est dévorée par les start-ups technologiques.»

San Francisco: moins de familles, plus de sans-abri

« San Francisco représenterait à ce jour l’exemple le plus flagrant de gentrification induite par les entreprises technologiques: les firmes installées dans le secteur de la Baie, comme Facebook, Apple et Google paient des salaires élevés aux meilleurs spécialistes venus du monde entier. Or ceux-ci ne veulent pas vivre dans les banlieues de Menlo Park ou de Palo Alto, mais au centre. L’urbanisme et la réputation mythique de certains quartiers devient de plus en plus un argument pour attirer les meilleurs talents. Résultat: le terrain est aujourd’hui plus cher à San Francisco que n’importe où aux Etats-Unis. Les travailleurs qui n’ont pas un job bien payé dans la technologie doivent désormais compter avec des temps de transport de deux heures et plus, parce qu’ils ne peuvent simplement plus se permettre de vivre au centre. En même temps, les familles disparaissent de plus en plus du paysage urbain. San Francisco a de loin le taux d’habitants au-dessous de 18 ans le plus bas du pays (13%). Dans les rues du centre, comme Harrison Street, des gens vivent aujourd’hui dans des tentes, après avoir été expulsés de leurs logements. Et ils jettent des pierres aux navettes de Google, qui emmènent chaque jour les employés de San Francisco au siège central de Palo Alto. »

source suisseinfo.ch, Par Samuel Schlaefli, 05. juillet 2018

Le paradoxe de la Silicon Valley

une personne sur quatre risque de souffrir de la faim - the Guardian - 2017

“La faim et la crise du logement vont de pair. Dans le comté de Santa Clara, le prix médian d'une maison familiale a atteint un nouveau sommet de 1,125 million de dollars, tandis que l'offre de maisons continue de diminuer. Une famille de quatre personnes gagnant moins de 85 000 $ est maintenant considérée comme ayant un faible revenu. Ces réalités signifient que l'insécurité alimentaire transcende les frontières de la race, de l'âge et du statut d'emploi”.

Quand Google rêve de contrôler l’humanité

Dans une vidéo interne révélée par le site américain «The Verge», Google développe une théorie prospective pour influencer le comportement humain à travers la compilation des données personnelles. Une «opération qui n’est pas liée à un produit actuel ou futur», se défend la multinationale

( source : journal letemps.ch mai 2018 )

Google centre-ville de San Jose

village “principal” de construction pour commencer en 2025, les achats de propriétés continuent

Google continue d'acheter des centaines de millions de dollars de terres dans les villes de Silicon Valley, avec des plans de contrôle à long terme :

“Google et Trammell Crow, filiale contrôlée par TC Agoge, achètent des bâtiments et des parcelles vacantes près de Diridon Station et du complexe de divertissement SAP Center. Ils ont déjà acheté 20 parcelles dans la région de Diridon Station, en payant 146 millions de dollars”. Le bénéfice annuel de Google est d'environ 16 milliards de dollars.

Pouvoir et mauvais emplois

Si la Silicon Valley est la capitale mondiale du savoir, pourquoi a-t-elle tant de mauvais emplois ? - 2017

“Au sommet de l'économie, selon le Silicon Valley Institute for Regional Studies, se trouvent quelque 335 000 personnes exerçant des professions hautement qualifiées : des professionnels (avocats, médecins, comptables), des cadres supérieurs et des employés techniques comme les développeurs de logiciels et les spécialistes des données. Ils enlèvent, en moyenne, plus de 120 000 $ par année. Entre-temps, le segment qui connaît la croissance la plus rapide se situe au bas de l'échelle, parmi les 438 000 serveurs, aides-soignants et autres qui gagnent environ 30 000 $ par année, soit moins qu'un salaire minimum vital”. (Le loyer médian pour juillet 2017 d'un appartement d'une chambre à coucher à San Jose était de 2 060 $)

Exclusion et logement

La Silicon Valley traverse une crise de l'exclusion liée au logement - The Nation - 2017

“Le Guardian a récemment rapporté qu'à East Palo Alto, on estime qu'un tiers des écoliers sont sans abri, ce qui signifie qu'ils ne disposent d'aucun abri sûr. Plus de 10 000 sans-abri ont été bloqués dans les comtés de San Jose et Santa Clara l'année dernière, y compris des centaines de familles avec enfants. Et ce nombre ne comprend pas les “sans-abri cachés”, les innombrables personnes sans abri qui “doublent” chez des amis. Des campements de sans-abri tentaculaires parsèment la baie, et la crise est si endémique dans certaines communautés que les activistes ont commencé à établir des camps de sans-abri dans les stationnements des églises.

film documentaire

Film sur les révoltes anti-gentrification en cours à San Francisco, dont nous n'entendons presque jamais parler en Europe. Particulièrement effrayant de voir comment Google agit ouvertement mal, refusant toute responsabilité et faisant des comparaisons folles des demandes politiques pour que les riches apportent leur part à la société comparant cela à l'action nazie contre les Juifs. Les enseignants expulsés sont maintenant des nazis.

Le documentaire a besoin d'un peu de montage et d'un remastering sonore.

Pages Liées

Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
g00gle/google-gentrification.txt · Dernière modification: 2018/08/22 12:36 par 5.135.251.105