No G00gle

Observatoire de l'implantation de G00gle à Rennes

Outils pour utilisateurs

Outils du site


g00gle:faux_semblant

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
g00gle:faux_semblant [2019/03/01 11:46]
dbas [New Chapter] ok -> [New Chapter]
g00gle:faux_semblant [2019/03/01 12:23] (Version actuelle)
dbas [New Chapter] ok !
Ligne 252: Ligne 252:
 //​Google'​s front page on [[http://​archive.today/​Q6uq8|10 Sep 2013]], promoting the Obama administration'​s efforts to bomb Syria// //​Google'​s front page on [[http://​archive.today/​Q6uq8|10 Sep 2013]], promoting the Obama administration'​s efforts to bomb Syria//
  
-===== New Chapter =====+Comme l'a écrit en 1999 le chroniqueur Tom Friedman du New York Times, qui se décrit lui-même comme un "​centriste radical "​((Thomas Friedman has published several columns extolling the virtues of his “radical centrism,​” such as “Make Way for the Radical Center,” New York Times, 23 July 2011, https://​archive.today/​IZzhb)),​ il ne suffit pas toujours de laisser la domination mondiale des sociétés technologiques américaines à quelque chose d'​aussi mercurieux que "le libre marché"​ :
  
 +> « //La main cachée du marché ne fonctionnera jamais sans un poing caché. McDonald'​s ne peut pas prospérer sans McDonnell Douglas, le concepteur du F-15. Et le poing caché qui permet aux technologies de la Silicon Valley de s'​épanouir dans le monde en toute sécurité s'​appelle l'US Army, l'Air Force, la Navy et le Marine Corps//​.((Thomas Friedman, “A Manifesto for the Fast World,” New York Times, 28 March 1999, https://​archive.today/​aQHvy)) »
 +
 +Si quelque chose a changé depuis que ces mots ont été écrits, c'est que la [[https://​www.youtube.com/​watch?​v=n6dIQ6KK3og#​t=38m6s|Silicon Valley s'est agitée de ce rôle passif]], aspirant plutôt à orner le "poing caché"​ comme un gant de velours. Écrivant en 2013, Schmidt et Cohen ont déclaré,
 +
 +> « //Ce qu'​était Lockheed Martin au XXe siècle, les entreprises de technologie et de cybersécurité le seront au XXIe siècle// » (( Eric Schmidt and Jared Cohen, The New Digital Age, British paperback edition (John Murray, 2013), p. 98.
 +
 +Google is committing to this ambition. Since the beginning of 2013, Google has bought nine experimental robotics and artificial intelligence companies and put them to work towards an undeclared goal under Andy Rubin, the former-head of Google'​s Android division. See John Markoff, “Google Puts Money on Robots, Using the Man Behind Android,” New York Times, 4 December 2013, https://​archive.today/​Izr7B.
 +
 +See also Adam Clark Estes, “Meet Google’s Robot Army. It’s Growing,” Gizmodo, 27 January 2014, https://​archive.today/​mN2GF.
 +
 +Two of Google'​s acquisitions are leading competitors in the DARPA Robotics Challenge, a competition held by the Defense Advanced Research Projects Agency, with lavish Pentagon funding support for competitors. Schaft Inc, a Japanese company, is tipped to triumph at the DARPA competition with its entry—a bipedal, human-like robot that can climb stairs, open doors, traverse rubble, and is impervious to radiation. The other company, Boston Dynamics, specializes in producing running, walking, and crawling military robots for the Department of Defense. The most well known of Boston Dynamics'​ robots is “BigDog”—a horse-sized troop support carrier, which must be seen (on YouTube: https://​is.gd/​xOYFdY) to be believed. See Breezy Smoak, “Google’s Schaft robot wins DARPA rescue challenge,​” Electronic Products, 23 December 2013, https://​archive.today/​M7L6a.
 +
 +See also John Markoff, “Google Adds to Its Menagerie of Robots,” New York Times, 14 December 2013, https://​archive.today/​cqBX4.
 +
 +Google'​s real power as a drone company is its unrivalled collection of navigational data. This includes all the information associated with Google Maps and the locations of around a billion people. Once gathered, it should not be assumed that this data will always be used for benign purposes. The mapping data gathered by the Google Street View project, which sent cars rolling down streets all over the world, may one day be instrumental for navigating military or police robots down those same streets.)).
 +
 +
 +C'​était l'une des nombreuses affirmations audacieuses faites par Schmidt et Cohen dans leur livre, qui a finalement été publié en avril 2013. Fini le titre provisoire "​L'​Empire de l'​esprit",​ remplacé par "​[[http://​www.nytimes.com/​2013/​06/​02/​opinion/​sunday/​the-banality-of-googles-dont-be-evil.html?​pagewanted=all&​_r=0|La nouvelle ère numérique"​ : Remodeler l'​avenir des gens, des nations et des entreprises]] ". Au moment de sa sortie, j'​avais officiellement demandé et obtenu l'​asile politique auprès du gouvernement équatorien et j'​avais trouvé refuge dans son ambassade à Londres. À ce moment-là, j'​avais déjà passé près d'un an à l'​ambassade sous surveillance policière, empêchée de quitter le Royaume-Uni en toute sécurité. En ligne, j'ai remarqué le bourdonnement d'​enthousiasme de la presse au sujet du livre de Schmidt et Cohen, ignorant avec désinvolture l'​impérialisme numérique explicite du titre et la série évidente [[https://​archive.today/​qV8Rs|d'​endossements pré-publiés]] par de célèbres bellicistes comme Tony Blair, Henry Kissinger, Bill Hayden et Madeleine Albright au dos. 
 +
 +{{ kisses.png?​300px }}
 +
 +//Eric Schmidt, président de Google, et Henry Kissinger, secrétaire d'​État et président du Conseil national de sécurité sous la présidence de Richard Nixon, lors d'une conversation au coin du feu avec le personnel de Google au siège de la société à Mountain View, Californie, le [[https://​www.youtube.com/​watch?​v=JiBd5JyjkS0|30 septembre 2013]]. Dans son exposé, M. Kissinger affirme que le dénonciateur de l'​Agence nationale de sécurité Edward Snowden est "​méprisable"​.//​
 +
 +Présenté comme une prévision visionnaire de l'​évolution technologique mondiale, le livre n'a même pas réussi à imaginer un avenir, bon ou mauvais, substantiellement différent du présent. Le livre était une fusion simpliste de l'​idéologie de Fukuyama de la " fin de l'​histoire " - hors de vogue depuis les années 1990 - et des téléphones mobiles plus rapides. Il a été rembourré avec des shibboleths de DC, des orthodoxies du Département d'​Etat,​ et des grabs de Henry Kissinger. La bourse d'​études était médiocre, même dégénérée. Cela ne semblait pas correspondre au profil de Schmidt, cet homme pointu et calme dans mon salon. Mais en lisant la suite, [[http://​www.nytimes.com/​2013/​06/​02/​opinion/​sunday/​the-banality-of-googles-dont-be-evil.html?​pagewanted=all&​_r=0|j'​ai commencé à voir]] que le livre n'​était pas une tentative sérieuse d'​histoire future. C'​était une chanson d'​amour de Google à Washington. Google, un super-État numérique en plein essor, proposait d'​être le visionnaire géopolitique de Washington.
 +
 +Une façon de voir les choses, c'est que ce ne sont que des affaires. Pour qu'un monopole américain des services Internet puisse assurer sa domination sur le marché mondial, il ne peut pas simplement continuer à faire ce qu'il fait, et laisser la politique s'​occuper d'​elle-même. L'​hégémonie stratégique et économique américaine devient un pilier essentiel de sa domination du marché. Qu'​est-ce qu'un mégacorp à faire ? S'il veut chevaucher le monde, il doit faire partie de l'​empire d'​origine "ne soyez pas mauvais"​.
 +
 +Mais une partie de l'​image résiliente de Google comme "plus qu'une simple entreprise"​ vient de la perception qu'il n'agit pas comme une grande et mauvaise entreprise. Son penchant pour attirer les gens dans son piège des services avec des gigaoctets de "​stockage gratuit"​ donne l'​impression que Google le donne gratuitement,​ ce qui va directement à l'​encontre du but lucratif des entreprises. Google est perçue comme une entreprise essentiellement philanthropique - un moteur magique présidé par des visionnaires d'un autre monde - pour créer un avenir utopique.68 L'​entreprise a parfois semblé désireuse de cultiver cette image, versant des fonds dans des initiatives de "​responsabilité d'​entreprise"​ pour produire un "​changement social",​ comme l'​illustre Google Ideas. Mais comme le montre Google Ideas, les efforts "​philanthropiques"​ de l'​entreprise l'​amènent aussi, de manière inconfortable,​ à proximité du côté impérial de l'​influence américaine. Si Blackwater/​Xe Services/​Academi exécutait un programme comme Google Ideas, il ferait l'​objet d'un examen critique intense((69 The notorious mercenary security company Blackwater, best known for killing Iraqi civilians, was renamed Xe Services in 2009 and then Academi in 2011. See Jeremy Scahill, Blackwater: The Rise of the World’s Most Powerful Mercenary Army, (Nation Books, 2007).)).
 +
 +Qu'il s'​agisse d'une simple entreprise ou de "plus qu'une simple entreprise",​ les aspirations géopolitiques de Google sont fermement ancrées dans le programme de politique étrangère de la plus grande superpuissance du monde. Au fur et à mesure que le monopole de Google en matière de recherche et de services Internet s'​étend et que son cône de surveillance industrielle s'​étend à la majorité de la population mondiale, dominant rapidement le marché de la téléphonie mobile et se précipitant pour étendre l'​accès à Internet dans le Sud global, Google devient progressivement l'​Internet pour beaucoup((Historically Google’s success was built on the commercial surveillance of civilians through “services”:​ web search, email, social networking, et cetera. But Google’s development in recent years has seen it expand its surveillance enterprise by controlling mobile phones and tablets. The success of Google’s mobile operating system, Android, launched in 2008, has given Google an 80 percent share of the smartphone market. Google claims that over a billion Android devices have registered themselves, at a rate now of more than a million new devices a day. See “Q1 2014 Smartphone OS Results: Android Dominates High Growth Developing Markets,” ABIresearch,​ 6 May 2014, https://​archive.today/​cTeRY.
 +
 +See also “Android, the world’s most popular mobile platform,​” on the Android Developers website: https://​archive.today/​5y8oe.
 +
 +Through Android, Google controls devices people carry on their daily routine and use to connect to the internet. Each device feeds back usage statistics, location, and other data to Google. This gives the company unprecedented power to surveil and influence the activities of its user base, both over the network and as they go about their lives. Other Google projects such as “Project Glass” and “Project Tango” aim to build on Android’s ubiquity, extending Google’s surveillance capabilities farther into the space around their users. See Jay Yarow, “This Chart Shows Google’s Incredible Domination Of The World’s Computing Platforms,​” Business Insider, 28 March 2014, https://​archive.today/​BTDJJ.
 +
 +See also Yasha Levine, “Surveillance Valley has put a billion bugs in a billion pockets,” Pando Daily, 7 February 2014, https://​archive.today/​TA7sq.
 +
 +See also Jacob Kastrenakes,​ “Google announces Project Tango, a smartphone that can map the world around it,” Verge, 20 February 2014, https://​archive.today/​XLLvc.
 +
 +See also Edward Champion, “Thirty-Five Arguments Against Google Glass,” Reluctant Habits, 14 March 2013, https://​archive.today/​UUJ4n.
 +
 +Google is also aiming to become an internet access provider. Google’s “Project Loon” aims to provide internet access to populations in the global south using wireless access points mounted on fleets of high-altitude balloons and aerial drones, having acquired the drone companies Titan Aerospace and Makani Power. Facebook, which bid against Google for Titan Aerospace, has similar aspirations,​ having acquired the UK-based aerial drone company Ascenta. See Adi Robertson, “Google X ‘moonshots lab’ buys flying wind turbine company Makani Power,” Verge, 22 May 2013, https://​archive.today/​gsnio.
 +
 +See also the Project Loon website: archive.today/​4ok7L.
 +
 +See also Sean Hollister, “Google nabs drone company Facebook allegedly wanted to buy,” Verge, 14 April 2014, https://​archive.today/​hc0kr.)). Son influence sur les choix et comportements des individus se transforme en pouvoir réel pour influencer l'​histoire de l'​humanité.
 +
 +Si l'​avenir de l'​Internet doit être Google, cela devrait préoccuper sérieusement les gens du monde entier - en Amérique latine, en Asie de l'Est et du Sud-Est, dans le sous-continent indien, au Moyen-Orient,​ en Afrique subsaharienne,​ dans l'​ancienne Union soviétique,​ et même en Europe - pour qui Internet représente la promesse d'une alternative à l'​hégémonie culturelle, économique et stratégique américaine((For an example of European concern, see Mathias Döpfner, “Why we fear Google,” Frankfurter Allgemeine, 17 April 2014, https://​archive.today/​LTL6l.))
 +
 +> Un empire "​don'​t be evil" reste un empire.
 +
 +{{ page.jpeg?​300px }}
 +
 +//Ceci est un extrait du livre de Julian Assange, [[https://​www.orbooks.com/​catalog/​when-google-met-wikileaks/?​utm_source=newsweek&​utm_medium=serial&​utm_campaign=google_met_wikileaks|When Google Met Wikileaks]]//​
g00gle/faux_semblant.txt · Dernière modification: 2019/03/01 12:23 par dbas